Au Québec, le gouvernement présente ses excuses aux Autochtones victimes de discrimination

Lors d’une enquête sur la relations entre les autochtones et les services publics québécois lancée par une émission en 2015, des femmes de la communauté algonquine du nord-ouest de ladite province ont révélé certaines libertés que des agents de police ont pris avec elles. Ce reportage a remué toute la province car ce n’était que la continuation d’un problème profond et d’une histoire de discriminations envers les premières nations. Suite à ce reportage, le gouvernement québécois a mis en place un commission d’enquête, présidée par l’ancien juge Jacques Viens. Durant les deux dernières années, le juge a entendu plus de 700 témoignages et reçu plus de 400 déclarations contre les services publics. 

Le résultat de l’enquête a aboutis dans un rapport de 500 pages qui dit tout simplement ce que tous les québécois savaient déjà: les autochtones du Québec sont victimes systémique de la part de l’état québécois. Plus précisément, il dit “Plus encore que leurs droits, c’est la dignité de milliers de gens qui est ainsi spoliée” (tv5monde.com). Mais cela n’est pas tout ce qui figure dans le rapport car on peut aussi y trouver 142 solution drafté par la commission pour corriger la situations. Première dans ces solutions est de présenter des excuses de la part  du gouvernement de la provinces aux peuples autochtones, l’adoption de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones et la mise en place d’un système pour s’assurer que ces recommandations vont se concrétiser. Trois choses que le gouvernements a promis d’organiser pour aider les peuples autochtones. Et c’est pour cela que le 30 septembre passé, le premier ministre Legault rendit ses excuses auprès des autochtones. 

Personnellement, je trouve qu’il est un peux trop tard pour juste présenter des excuses et qu’il faut faire place à l’action. Ce n’est définitivement pas la première fois que des rapport de discriminations envers les autochtones font vagues au Québec. Donc bien des excuses aurait été approprié la première fois, je pense qu’il faut faire place au actions concrètes maintenant. Il faut que les agents responsables soit tenu en justice comme tous les autres criminels. La balle est maintenant, comme toujours, dans le camp du gouvernement. Il leur faut seulement saisir leur opportunité.

https://information.tv5monde.com/info/au-quebec-le-gouvernement-presente-ses-excuses-aux-autochtones-victimes-de-discrimination

L’utilisation d’éthanol dans l’essence

Site web: https://www.lapresse.ca/actualites/environnement/201910/03/01-5243983-quebec-mise-sur-lethanol-pour-reduire-les-ges.php

Le gouvernement de Québec a proposé une mesure pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. La mesure évalue que les émissions de gaz à effet de serre vont réduire par 3%. La réduction ferait avec l’utilisation d’éthanol, mais l’usage d’éthanol pour l’énergie est controversé. Le développement d’éthanol a effets mauvais sur la production l’agriculture, particulièrement sur le maïs. Cependant, les effets mauvais, peut-être, n’existent plus ou il y a des moyens eux atténuent. Par exemple, Jonatan Julien, le ministre des Ressources naturelles, a dit « La production de maïs est un marché global en Amérique du Nord et il y a suffisamment de capacité actuellement pour répondre à ce besoin sans mettre en péril la production agricole. » En plus, il y aura un « comité de veille » pour assurer l’éthanol n’a pas des effets mauvais sur l’agriculture. Spécifiquement, la mesure veut imposer une teneur éthanol de 15% dans un litre d’essence au moins. Aussi, le gouvernement veut imposer cet objectif par l’année 2025. 

Je pense que la mesure est bonne pour le Québec, mais elle est meilleure pour le monde. Dans cette époque, le changement climatique est un problème très sérieux. L’Accord de Paris était un objectif super, mais avec le départ des Etats-Unis, il a commencé échouer. Alors, si tous les pays ou régions individuels peuvent réparer les effets de changement climatique, au lieu de collectivement, puis il serait bon.

Le bilinguisme au Québec

https://www.lapresse.ca/actualites/national/201910/03/01-5243949-le-bilinguisme-au-pays-une-affaire-de-quebecois.php

Le bilinguisme au pays, une affaire de Québécois

J’ai trouvé cet article qui parle d’être bilingue au Québec, un thème sur lequel je peux raconter le plus puisque je m’identifie comme bilingue (je parle espagnol et anglais). En 2016, les statistiques montrent que le Québec était responsable de 74% du bilinguisme qui existe au Canada. Cela est surprenant pour moi parce que je sais que les Québécois étaient très protecteurs de leur langue et apprendre que beaucoup parlent anglais était en fait très intéressant <<Le Canada compte deux langues officielles, mais le bilinguisme étatique ne se reflète pas équitablement dans la population comme le démontrent de nouvelles données publiées par Statistique Canada>> (La presse Canadienne). Cela signifie que seules certaines provinces tentent d’être bilingues. L’article dit aussi que << la promotion de l’anglais chez les francophones est beaucoup plus efficace que la promotion du français chez les anglophones>> (La presse Canadienne). Puis les statistiques reflète que <<en dehors du Québec, 85 % des Canadiens francophones sont bilingues, contre 7 % des anglophones>> (La presse Canadienne).

J’ai conclu qu’en comparant les États-Unis et le Canada, il y a certainement plus de bilingues ici qu’au Canada. Peut-être c’est parce que les écoles ne mettent pas en œuvre une exigence linguistique ou parce qu’il n’est pas très encourageant d’apprendre le français si une seule province parle le surtout français comparativement aux autres. Ce qui m’a choqué aussi, c’est que dans les provinces anglophones, il n’y a pas d’espoir ou de changement pour que les gens deviennent bilingues. << les experts ne prévoient aucune progression du bilinguisme chez « la population de langue maternelle anglaise du Canada hors Québec » au cours des 20 prochaines années>> (La presse Canadienne). Il est également triste depuis moins de personnes apprennent le français et plus sont l’apprentissage de l’anglais qui signifie que la langue française pourrait être considéré comme “en danger”. Pour trouver des solutions, je pense que nous devons envisager des lois et implémenter le français dans l’éducation dans un plus grand nombre de provinces.

le système d’éducation défaillant au Québec

https://www.ledevoir.com/societe/education/563750/le-quebec-possede-le-systeme-scolaire-le-plus-inequitable-au-pays

Cette semaine, j’ai trouvé un article sur le système scolaire inéquitable du Québec. La recherche montre qu’il existe un problème croissant de système favorisant les personnes riches, et ils bénéficient de plus de programmes et d’opportunités. Le problème dans le système amène les pauvres à rester pauvres et les riches à rester riches; il maintient l’écart économique qu’ils ont commencé avec.

Maryse Lassonde, présidente du conseil supérieur de l’éducation du Québec, a dit qu’il existe maintenant trois vitesses scolaires distincts: “l’école [ordinaire], l’école avec des programmes particuliers [sélectifs], et les écoles privées »” (Lepage par. 4). Cette division sévère ne permet pas aux étudiants de différentes classes socio-économiques de se mêler. En plus de ça, les écoles privées et avancées avec les étudiants les plus riches se voient offrir davantage de financement et d’opportunités, obligeant les personnes à faible revenu à manquer des opportunités et des expériences importantes. Et l’impact de cela montre. 

Le système des trois vitesses alimente le “ségrégation scolaire”.  

Selon l’article, “À l’échelle du pays, on observe une variation moyenne de 8,6 % dans la performance d’un élève en fonction du statut socio-économique de sa famille. Au Québec, ce chiffre grimpe à 11,2 %, tout près de la moyenne des États-Unis (11,4 %). “ (Lepage par. 9). Ces résultats sont assez sévères et montrent l’importance du problème. Le problème est le plus fort au Québec, ce qui est également préoccupant; “l’écart de performance entre les élèves québécois défavorisés qui fréquentent un établissement privilégié et ceux scolarisés à leur école de quartier est le plus élevé au pays. Alors qu’il est de 44 points d’écart en Ontario, c’est le double au Québec (88 points). La moyenne de l’OCDE est, quant à elle, de 78 points — l’équivalent de trois années scolaires” (Lepage par. 10). Ces données, et cet article, ne présentes pas le Québec sous un bon jour, mais il faut le montrer.

Certaines solutions à ce problème consistent à réduire le financement des écoles privées et à offrir davantage de possibilités aux écoles moyennes. Il est important de donner à tous les étudiants l’occasion de grandir et de prospérer. Le fait que le québec soit si loin derrière le reste du canada devrait être un réveil. Franchement, les États-Unis ont le même problème et il est important qu’ils le attaquent également. Sinon, les élèves échoueront pendant des décennies.

Netflix et Québec

Qui n’aime pas Netflix? Vous pouvez regarder beacoup de filmes où que vous soyez. Mais le relation de Netflix et Québec n’est pas le plus. Dans Netflix, il y a 5 séries TV et 5 filmes. Ce n’est pas beaucoup pour Netflix. Québec veut plus media Québécois dans Netflix. Le government de Canada peut nécessiter Netflix à avoir 30% de leur contente être canadien et québécois, mais ils n’ont pas. Netflix tente à obtenir des filmes et séries canadien et québécois.  Mais, la situation et complexe–beaucoup de producteurs de film sont hésitant à donner les droits sur leur film parce que, souvent, Netflix demande les droits de distribution internationale alors ils ne pouvent pas le droit à un autr’enterprise–c’est inutile. Plus, avec les filmes nouveux, on doit patienter pour le film à paraître en cinéma, en DVD, et en la TV, prèmiere. Certains personnes s’inquiétent que donner le droits de distributions du filmes à Netflix, ce va faire mal des enterprises de distributions de filmes. Mais, plus personnes québécois vont leur filmes et leur séries TV sur Netflix. C’est partie de leur culture et il voit comme Netflix–un enterprise qui a beacoup de filmes international–ignore le cinéma de Québec. Mais, cela changera souvent, comme Netflix obtient le droits à plus filmes et séries TV québécois. C’est interrassant pour moi les difficultés de le distribution du filmes québécois. Plus, je pense c’est importante que des personnes qui n’sont pas québécois ont accèss à leur filmes et séries TV parce que il est un partie de leur culture, jusque comme nous industrié du cinéma est un partie de nous culture.

https://www.ledevoir.com/culture/540230/le-quebec-discret-sur-netflix

Juste «Bonjour»

https://www.lapresse.ca/actualites/politique/201910/04/01-5244083-quebec-veut-interdire-le-bonjour-hi.php

Quand on entre un magasin ou d’autres endroits commerciaux au Québec, on écoutera «Bonjour-Hi», ce que le Québec veut interdire. Le ministre qui s’occupe de la langue française a exprimé son envie de cela. Le Parti québécois a proposé une motion qui invite des commerçants et salariés à accueillir avec «Bonjour».

J’ai voyagé aux pays en Europe dans lesquels les gens parlent principalement une langue différente de l’anglais, mais tous ceux à qui j’ai parlé peuvent parler l’anglais (je pense que ceux qui habitent en campagne parlent moins que ceux qui habitent aux endroits touristiques), mais personne ne commence en anglais (sauf les gens intelligents qui savent déjà que vous êtes une touriste). Et personne ne commence avec anglais et leur langue simultanément non plus. Je pense que cela en dit beaucoup du Québec et sa situation unique.

Je crois qu’on devrait avoir le droit de dire «Bonjour-Hi» ou juste «Bonjour». Mais, je crois aussi qu’il est bon de parler plus en français, et il ne devrait pas y avoir de moyens de pression de dire «Bonjour-Hi».

Je n’ai pas été surpris d’écouter que des Québécois veulent faire cela. C’est conforme à d’autres choses sur lesquelles le Québec et surtout le Parti québécois ont insisté.

Je pense aussi qu’il est révélateur que les Québécois se disputent pour la langue dans laquelle on devait accueillir des gens pendant que les Américains peuvent entrer un magasin et ne pas être accueilli. Il semble que les stéréotypes des Canadiens ont raison.

L’Art au Québec: Plein Art 2019

https://www.lesoleil.com/maison/plein-art-2019-sublimer-le-bois-976d0e8ff84f160929aeb52cdcde4cf9

J’ai trouvé un article qui m’intéresse et, à mon avis, qui présente le Québec. L’article s’appelle <<Plein Art 2019: sublimer le bois.>> Il présente trois artisans qui ont montré leurs arts à Plein Art 2019. Caroline Roberge et Benoît St-Jean, Sylvain Tremblay, et Sébastien Philibert et Marie Blanchette sont artistes québécoises qui créent les objets de bois. Ces objets ont les façons et les objectifs différents, et ils expriment beaucoup de sentiments.

Oeufs de réconfort
<< Oeufs de réconfort>> ont créé par Le Tenon et La Mortaise, un groupe est composé de Caroline Roberge et Benoît St-Jean.
Moulin Épi de maïs et moulin en forme de poussin, collection Épicurien de Sylvain Tremblay
<< Moulin Épi de maïs et moulin en forme de poussin>> de la collection Épicurien par Sylvain Tremblay.
Canots pour le bain
<<Canots pour le bain>> ont créé par Atelier Cheval de Bois, un groupe est composé de Sébastien Philibert et Marie Blanchette.

Je pense que cet article est très intéressant parce qu’il montre une forme d’art québécois qui est unique. Ces objets de bois représentent un aspect de la culture de Québec. À mon avis, je crois que les arts sont importants pour comprendre une région et sa culture. Les artisans et leurs objets de bois dans l’article montrent l’art de Québec et quelles façons, quels sentiments, etc. sont importants pour les gens québécois. Alors, je pense que cet article est pas seulement intéressant, mais aussi essentiel pour apprendre le Québec.